La Solitude, une Partie Nécessaire de votre Chemin

 

La-solitude-une-partie-necessaire-de-votre-chemin

La Solitude, une Partie Nécessaire de votre Chemin

Chers amis,

Je suis Jeshua, je vous salue tous de tout mon cœur. Sentez la lumière qui est présente ici, elle jaillit de vos cœurs. J’embrasse votre lumière en moi et je la renvoie vers vous, afin que vous puissiez savoir, sentir et vous souvenir de qui vous êtes : un travailleur de la lumière, un porteur de lumière. C’est votre but suprême, votre inspiration, de manifester toute la lumière de votre cœur et de votre âme ici sur Terre.

Sentez ce désir en vous, dans toutes les cellules de votre corps. Vous êtes ici pour laisser votre lumière briller, sans entrave, sans honte ni culpabilité. Faites-le maintenant, ouvrez toutes les cellules de votre corps et sentez la lumière en vous – laissez la rayonner ! Laissez-la monter des profondeurs de votre abdomen, à travers votre cœur, votre gorge, vos yeux. La lumière jaillit, parce qu’elle le veut ; c’est la nature de la lumière de briller comme un soleil.

Vous avez retenu votre lumière assez longtemps et il est maintenant temps de dépasser les inhibitions, les retenues, les résistances. Quel soulagement que vous soyez autorisé à faire cela et que vous puissiez le faire, parce qu’il faut beaucoup de force pour retenir la lumière qui veut briller naturellement de l’intérieur de vous-même. Cacher votre lumière demande un effort considérable et crée beaucoup de stress, cela vous rend malade et déprimé, amer et déçu. Vous êtes ici sur Terre pour répondre à l’appel de votre âme, et c’est en faisant cela que vous serez libre et heureux.

Alors pourquoi cela vous semble-t-il si difficile à faire ?

Parce que vous luttez contre votre lumière, alors même que vous êtes assis ici. Vous en avez peur et cette peur crée la résistance, la dissimulation, l’ajustement à ce que vous pensez être juste et approprié. Elle crée les murs défensifs que vous avez construits en vous.

Sentez maintenant que l’âme qui est en vous est plus forte que jamais. Votre âme veut naître sur Terre, ici et maintenant. Sentez le désir brûlant dans votre âme, et la joie et l’allégresse qui vont avec. Le feu en vous ne connaît aucun doute, il est plein de passion ; il s’enflamme et inspire, alors laissez-le entrer. Laissez le feu, la lumière de votre âme, couler à travers vous. Sentez la lumière se rassembler autour de vous et recevez votre âme dans votre corps. Respirez ce que vous êtes. Vous ne devez à personne une justification ou une explication pour être qui vous êtes : « Voilà ce que je suis, c’est mon essence, mon être. »

Chacun d’entre vous, au cours de sa vie, a vu sa structure de croyance ébranlée. La croyance « Je suis cela, je suis », ressentie sans aucun doute, a été endommagée en vous tous.

Dans certains cas, cela s’est produit avant que vous ne commenciez votre vie actuelle.

Il y a peut-être eu des vies antérieures au cours desquelles des blessures ont été infligées, tant mentales que physiques, qui vous ont affecté et ont obscurci votre capacité à voir qui vous êtes, et votre lumière originelle. Il se peut également que vous vous soyez souvenu de votre propre lumière lorsque vous êtes né dans la vie actuelle, mais que vous n’ayez pas pu conserver ce souvenir. Vous avez été influencé par votre environnement, qui était régi par la peur, la colère, l’insécurité et le doute. Vous connaissez tous le sentiment d’avoir perdu votre chemin intérieur, et vous cherchez alors la lumière en dehors de vous-même.

C’est le destin de pratiquement tous les enfants, car au début de la vie sur Terre, vous êtes vulnérables. En tant que bébé, vous êtes vulnérable physiquement, mais aussi émotionnellement, donc vous tendez instinctivement la main à votre environnement et comptez sur lui, et vous le faites de plus d’une façon.

Une partie de vous aspire à la chaleur de l’amour, comme une couverture chaude autour de vous : cette rassurance et cette sécurité auxquelles tout enfant terrestre aspire. Mais il peut aussi y avoir une peur profonde en vous lorsque vous vous incarnez à nouveau sur Terre, surtout si vous êtes accablé de blessures et de cicatrices de vies antérieures, c’est pourquoi vous avez un fort besoin d’être chéri et rassuré dans votre petite enfance. Vous allez vers les gens qui vous entourent dans l’espoir de recevoir d’eux lumière et force.

Il existe une autre façon d’atteindre les personnes qui vous entourent, qui ne consiste pas à vouloir recevoir, mais à vouloir donner.

Vous qui êtes présents ici, vous êtes tous des âmes sensibles.

Il y a une profondeur dans votre cœur et votre esprit, et même lorsque vous étiez un petit enfant ou un bébé, vous étiez subtilement perceptif du monde et des gens qui vous entouraient. Alors que votre cerveau physique n’était pas encore complètement développé, vos sens l’étaient. Votre cœur était ouvert et vous perceviez la douleur chez votre mère et votre père, et l’énergie négative dans votre environnement. Quelque part, à partir d’un souvenir du but de votre âme, vous vouliez les aider à guérir et à faire les choses bien pour eux, et apporter l’harmonie dans leur vie. Vous vouliez aider vos parents en leur apportant la lumière. Vous étiez encore si proche de cette autre dimension, d’où vous et votre âme veniez, que vous avez ressenti cette impulsion très fortement.

Tant dans l’aspiration à la nurturance et à la confirmation, que dans l’impulsion profonde de vouloir guérir, de faire prendre conscience, de vouloir donner, vous pouvez vous attacher au monde qui vous entoure d’une manière qui peut devenir, et est devenue, très douloureuse. Car sur cette Terre, vous pouvez vous perdre en donnant et en voulant guérir le monde qui vous entoure, tout comme vous pouvez vous perdre dans le désir de soins et de lumière venant de l’extérieur de vous-même. Ce qui se passe dans cette perte précoce de soi, c’est que vous ne réalisez pas encore pleinement qui vous êtes et de quelle manière vous vous distinguez du monde qui vous entoure. C’est dans le désir à demi conscient de donner et de recevoir que vous vous confondez avec vous-même et avec ce que vous êtes, car vous devenez alors dépendant du monde qui vous entoure

Vous commencez à établir un lien entre le fait de donner et celui de recevoir.

Vous espérez que si vous partagez de manière désintéressée avec les autres, que vous sympathisez et compatissez avec les autres, que vous les apaisez et les guérissez, que vous recevrez en retour le réconfort et la sécurité auxquels vous aspirez tant, et la reconnaissance de la lumière que vous êtes vraiment lorsque vous êtes dans un monde qui vous semble étrange.

Tôt ou tard, vous découvrez que cette approche de la vie vous conduit à vous égarer. Et cette découverte est douloureuse, car vous remplissez partiellement la mission de votre âme en partageant votre lumière, en voulant transformer l’énergie négative en harmonie. Néanmoins, devenir un véritable travailleur de lumière conscient de soi-même demande que vous preniez du recul par rapport à cette dynamique entièrement, ou à moitié, consciente de donner et de recevoir, par rapport au désir de lumière et de force venant de l’extérieur de vous-même.

Vous devez vous libérer de ce besoin afin de commencer à briller réellement à partir de votre propre essence, de votre propre profondeur. Toute forme de dépendance vis-à-vis du monde extérieur à vous-même finit par vous éloigner de votre âme. Ainsi, votre chemin vous amène d’abord à accepter votre solitude, à être un « je » avant de pouvoir vous connecter au monde et aux gens qui vous entourent par une force et un amour indépendants. En tant qu’adulte, dès que vous suivez un chemin spirituel, vous êtes mis au défi de faire face aux anciennes peurs de l’enfant en vous, qui cherchait la sécurité en dehors de lui-même, et de donner à votre enfant intérieur ce dont il a besoin.

Et c’est un grand pas que l’on vous demande de faire.

Beaucoup d’entre vous, travailleurs de lumière, se demandent pourquoi vous vous sentez si souvent seuls et incompris des gens qui vous entourent, que ce soit par votre famille biologique ou, plus tard, par les gens à l’école et au travail. « Pourquoi ce sentiment d’être différent, d’aliénation, m’arrive-t-il ? »

Et je vous dis qu’une partie de votre chemin, le chemin de votre âme, consiste à traverser une profonde solitude. Ce n’est qu’en faisant l’expérience de cette solitude que vous découvrirez que vous êtes vous-même destiné à allumer la flamme, la lumière, à l’intérieur de vous-même. Être seul est comme un tunnel que l’on traverse – que l’on doit traverser – pour devenir réellement indépendant du monde.

L’expression est la suivante : être dans le monde, mais pas du monde. « Être du monde » signifie que vous êtes influencé par des exigences extérieures à vous-même, telles que le fait d’être reconnu et accepté ou non, ou d’avoir du succès ou non. Cet « être du monde » vous éloigne de votre âme.

C’est pourquoi je vous demande de prendre maintenant un moment pour prendre complètement soin de vous. Imaginez que vous brillez de la lumière dont j’ai parlé plus tôt, cette lumière qui veut tant briller librement et sans entrave sur votre peur la plus profonde et votre besoin de sécurité et de réconfort. Embrassez complètement ce besoin en l’enveloppant de la chaleur de votre âme et de votre cœur.

Prenez l’enfant qui est en vous sur vos genoux ou dans votre cœur.

Sentez dans cet enfant les blessures et les cicatrices de la douleur, de la perte, de la peur, mais aussi votre grande lumière et comment celle-ci est capable de remplir complètement l’enfant – de le combler.

Cet enfant vous a attendu si longtemps. Lorsque vous nourrissez l’enfant qui est en vous avec votre lumière – ici sur la Terre – vous guérissez les vieux traumatismes du passé et créez l’indépendance. Et pendant que vous faites cela, sentez l’énergie puissante et solidaire de la Terre Mère sous vos pieds. Elle veut vous recevoir, vous êtes les bienvenus ici sur la Terre. Laissez la lumière vous traverser et vous relier à la Terre pendant que vous chérissez l’enfant qui est au fond de vous en lui donnant ce dont il a besoin. Laissez votre lumière couler à travers vos pieds et ressentez comment la Terre Mère vous accueille, ici et maintenant.

Merci.

Traduit:  https://messagescelestes.ca

Source:  https://www.jeshua.net

Partagé: https://akashaphilosophiempa.eu/

  • 18
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 2 commentaires

  1. Anne-Marie

    Chère Marie…
    Une publication qui descend à point dans ma vie, et qui me soigne… Je me suis sentie malade du monde ces derniers temps, et voilà de quoi me guérir avant de recommencer à briller de ma propre lumière.
    Merci
    Avec tout mon amour
    AM

    1. Comme le dit Jeshua, c’est la Nature de la Lumière de briller comme Un Soleil.
      Ne gaspillons pas nos forces à l’enfermer ou à la museler de crainte de blesser l’observateur.
      Le Rayonnement n’a besoin d’aucune justification ou explication pour Être l’Essence de l’Amour.
      Il Est, tout simplement dans la Brillance de sa Luminosité.
      Lorsque son Sublime Feu devient désagréable pour le receveur. Ce dernier effectue son retrait avec des pensées désobligeantes à l’égard de l’éclat.
      L’ignorance de sa constitution provoque bien des tragédies.
      Le manque de Lumière ne permet pas d’avoir un regard clairvoyant.
      Tant que l’individu évolue dans des suppositions,des préjugés, des supputations, il se meut dans des environnements contraires à sa Divinité. De conséquence, il connait et expérimente le contraire de ce qu’il Est pour savoir ce qu’il Est.
      Ensuite, lorsqu’il Est Conscient de sa composition, il est à même de choisir sa représentation. Laquelle choisira-t-il ? Il en est le seul décideur.
      Tu as choisi d’Être la représentante de la Céleste Lumière, après avoir expérimenté les manques de son illumination.
      Congratulation à toi. Avec Amour toujours. Marie-Pierre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.